Avant d'apprendre que je me ferai opérer aussi subitement, j'avais pris rendez-vous chez un urologue pour lui montrer le résultat de l'échographie. Une fois que j'ai su pour l'opération (et que j'avais donc déjà vu un urologue, en urgence), j'ai annulé. Puis j'ai rappelé. J'ai envie d'un deuxième avis et c'est l'occasion, le rendez-vous était déjà pris. Il n'a pas été refilé à quelqu'un d'autre. Tant mieux.

Et en même temps (spéciale dédicace à LREM), qu'est ce qu'il se passe si ce second urologue à un avis différent ? qu'est je fais fais dans ce cas ? Qu'est ce que je décide alors que l'opération est programmée pour demain ? Fais chier ce deuxième avis ! Finalement il m'inquiète plus qu'autre chose.

Mais m'y voilà. J'explique : "grosseur, échographie, nouvelle échographie, opération, scanner..." et donc "deuxième avis". Il est légèrement plus jeune que mon premier urologue, blondinet avec de petites lunettes. Son cabinet est hyper récent, dernier cri du design. Je lui tends mes échographies, il me palpe... et arrive au même diagnostic. Ouf ! Je reste dans son cabinet 20-25 minutes. Il est rassurant, bienveillant, prend le temps de m'expliquer. D'après lui, j'aurais un "bon cancer", l'opération est donc "le meilleur choix et la seule possibilité" et la probabilité que l'autre testicule soit touché est "infinitésimale". Est-ce que j'ai des questions ? Est-ce que j'ai le moral ? Comparativement à la rapidité et à la soudaineté du rendez-vous chez le précédent urologue, c'est super agréable. Putain ça fait du bien. J'en ressors même avec le sourire.

Je retourne à la maison récupérer des documents pour la prochaine étape du jour et... putain il n'a même pas regardé mes clichés d'échographies ! mais il s'est basé sur quoi le con !