Pense bête

13 juillet 2019

Où est Steve ?

1 mois déjà. Mais putain il est où ?

En attendant de le retrouver (ou plus certainement, de retrouver son corps), on en apprend chaque jour un peu plus. Via Libération par exemple :

La plupart des policiers ont arrêté d’avancer et se regroupent à quelques mètres du bunker. Au fond, encore plus à l’ouest, là où se trouvait auparavant le reste de la foule, un nuage de lacrymogène se déplace lentement. A plusieurs reprises, des personnes crient «y a des mecs à l’eau», «y a des mecs dans la Loire». La charge a débuté depuis à peine deux minutes. Malgré ces avertissements, de nouvelles lacrymos sont tirées en direction de la route, mais aussi de la Loire. «Il va y avoir un drame, arrêtez», plaide un jeune auprès des policiers. Un agent rétorque : «Qu’ils arrêtent de nous caillasser alors.»
Durant plus de vingt et une minutes, les policiers ont donc utilisé continuellement des grenades lacrymogènes en direction du fleuve. Pourtant, les autorités ont été averties dès le début de la charge du risque encouru, puis du fait que des personnes étaient tombées à l’eau. Ces informations sont-elles remontées à la salle de commandement ? Le préfet ou, à défaut, son directeur de cabinet ont-ils suivi l’opération ? Ont-ils ordonné l’usage de gaz lacrymogène en grande quantité ? Ont-ils approuvé le recours au Taser, aux grenades de désencerclement, au LBD40 (dont l’emploi a été officiellement reconnu) ?

Des juristes tentent de faire un état des lieux de la situation, une mise en contexte :

S'agissant de la disparition de Steve, en terme d'enquête(s), qu'avons nous ?

Rapidement l'ouverture, par le parquet, d'une enquête, confiée à un.e ou plusieurs juges d'instruction semble-t-il, pour "recherche des causes de la disparition". ET PUIS C'EST TOUT (jusqu'à récemment).

Notons également : pas de communication presse du parquet, pourtant désormais prompt à communiquer (comme il est seul habilité à le faire) lorsqu'une affaire prend un tour médiatique.

Mais ils peuvent faire quoi, dans ce cadre procédural les juges d'instruction ? bah je vais vous dire : faire rechercher Steve, ou plutôt sa dépouille (je pense que nous savons tou.te.s qu'en réalité de "disparition" désormais, il s'agit bien de mort.)

Puis, lorsque celle-ci aura été retrouvée, faire procéder à une autopsie et des analyses, qui, incroyable, nous apprendront probablement que Steve sera décédé par noyade.

Et puis récupérer le maximum de vidéos de la soirée et de la charge policière, pour tenter de localiser Steve, le voir, le localiser et reconstituer ses dernières heures, ses dernières minutes. ET PUIS C'EST TOUT.

Ensuite les juges d'instruction rendent leur copie, donnent les éléments MAIS C'EST LE PARQUET QUI GARDE LA MAIN POUR LA SUITE.

Ici le parquet pratique maintenant (puisqu'évidemment des personnes se sont mobilisées et ont déposé des plaintes) une autre technique bien connue d'annihilation de toute efficacité d'enquête : inertie et saucissonnage.

Car qu'apprend-on ? Que le 10 juillet semble-t-il, soit près de 3 semaines après les faits et la révélation quasi immédiate d'une intervention hautement problématique des FdO, le parquet ouvre "une enquête préliminaire des chefs de violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique et mise en danger de la vie d'autrui" confiée à l'IGPN.

En parallèle, parce qu'évidemment les policiers aussi s'organisent, il lance une enquête préliminaire qu'il confie à la PJ, pour des "violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique" (des jets d'objets apparemment).

En apparence, tout est clean. SAUF que beaucoup de temps a été perdu, que plein d'autorités et de services différents sont saisis, dont les services de la PJ dont les collègues sont mis en cause, qui vont pouvoir placer en GAV d'éventuels témoins qui auraient des choses à dire contre la police, vous voyez...

Et nous avons des juges d'instruction dont le champ d'investigation est totalement limité et mis en concurrence avec celui des services de l'IGPN et de la PJ qui eux restent sous la direction du parquet, et disposent de cadres d'enquêtes coercitifs.

Cela aurait été tellement plus simple de saisir d'emblée les juges d'instruction, en plus de leur enquête pour recherche des causes de la disparition (il ne paraît pas délirant de s'assurer du sort de Steve en premier lieu) d'une enquête pour mise en danger d'autrui et violences afin qu'ils disposent d'un cadre procédurale suffisamment large pour enquêter de façon efficace et complète sur l'ENSEMBLE de la séquence. Mais non : cadre procédural foireux, inertie, saucissonnage. Devinez à quoi tout cela va aboutir ?

On observe avec colère et chagrin les mouvements de la police :

Et on se laisse aller à chialer devant ce futur mort de plus, devant tant d'absurdité ou devant les mots d'une ancienne ministre écologique :

Le chagrin esseulé des amis de Steve me bouleverse. Je n’écris ici qu’en mon nom. Mais nous devons chercher Steve, le trouver et comprendre. Comprendre comment aujourd’hui on peut décider de tant d’actions de maintien de l’ordre qui ne maintiennent en rien l’ordre, qui abîment policiers et gendarmes ceux-là même qui ont fait le choix de se mettre au service de leur pays, qui laissent la bride sur le cou à ceux qui ont perdu la mesure de leurs responsabilités, qui blessent et déchirent chaque jour un peu plus une société minée par les inégalités qui s’aggravent et la crise climatique qui fait tournoyer au-dessus de nos têtes la menace d’un avenir invivable pour nos enfants.
Nos enfants qui ne demandent qu’à danser au bord du fleuve les nuits d’été.

Posté par Pensebete à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2019

Activisme écologiste et anticapitaliste

On est dans la merde, ça on le sait depuis longtemps maintenant. Et plus encore, on le sent, on le ressent jusque dans nos corps.

On a une responsabilité inédite, pour nous, pour celleux d'aujourd'hui qui ne peuvent pas se permettre de prendre des risques, pour celleux de demain, pour les fragiles, les pauvres, les faibles, les précaires, pour celleux qui subissent déjà de plein fouet les conséquences du capitalisme et de la crise écologique.

On parle de plus en plus d'effondrement, d'un phénomène systémique qui mettra fin à notre mode de vie actuel, du fait de la rupture de l'approvisionnement des flux de marchandises et de ressources (nourriture, eau, électricité, carburant...). L'eau qui coule quand on ouvre un robinet, l'électricité qui apparaît quand on actionne un interrupteur, la nourriture naturellement disponible au supermarché... ne vont plus de soi. On pense avoir dompter la pénurie mais on se trompe.

Et dans un même temps, cet avenir vient réactiver plus que jamais la lutte des classes du fait de l'inégalité d'accès aux premières ressources indispensables, de l'inégalité sociale face aux catastrophes présentes et futures. Nos riches l'ont bien compris, qui investissent dans des îles artificielles pour échapper au réchauffement ou louent les services d'une société spécialisée dans la sécurité (préparation aux combats urbains, extraction de zones de conflit, exercices de tir ou escortes militarisées). Et dans le même temps, 10% des plus riches sont responsables de 50% des émissions de CO2 (source).

Il s'agit maintenant, à défaut de viser la victoire, de viser l'efficacité. Il s'agit maintenant, non pas d'éviter la catastrophe, mais de chercher à limiter son impact, tout en se préparant à ce que cela ne suffise pas.

Dans ces conditions, que faire ? quels modes d'actions choisir ? Sans doute que tout est bon à prendre. Il nous faut faire feu de tout bois, chacun·e à son poste. Il y a des modes d'actions pour tout le monde, tant que c'est efficace. Ce qu'il nous faut créer c'est cette culture de résistance.

Alors oui, des actions de sensibilisation évidemment, qui ne soient pas simplement des marches, mais qui s'inscrivent dans une stratégie clairement définie, qui montrent l'ennemi.

Des actions hors des systèmes institutionnels, qui n'attendent rien d'eux. A ce titre, le système électoral et l'élection en elle-même sont-ils aujourd'hui à la hauteur de la situation ? de l'urgence ? Et si ils l'étaient, si nous étions suffisamment nombreux·ses, nous laisserait-on faire (à ce sujet, lire le bouquin de Julia Cagé sur le Prix de la démocratie ou cette info de l'Obs selon laquelle "plusieurs personnes appartenant à des cabinets d’avocats, des banques-conseils, toutes rémunérées lors de la vente d'Alstom, se retrouvent également dans la liste des donateurs de la campagne d'Emmanuel Macron").

Mais aussi des occupations, des sabotages, des réappropriations (plantons des arbres, partout).

A nous également de préparer l'après, ce monde sans pétrole, sans Etat.

Deep Green Resistance parle de guerre écologique décisive. C'est bien de ça dont il s'agit. A nous d'être à la hauteur et de profiter de ce qui s'annonce.

Et si dans ce monde de mise en concurrence de chacun·e contre toustes, de surveillance généralisée, de réduction systématique de nos libertés et de la démocratie, de néolibéralisme acharné, de racisme décomplexé, de répressions des luttes, si malgré tout ça, on trouvait enfin une raison de se réjouir : et si la fin du capitalisme c'était pour très bientôt ?


MàJ du 28 juillet 2019 : une stimulante réflexion de François Tisson chez Lundi matin.

Posté par Pensebete à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 mai 2019

Khaïs, 15 ans

 Le 9 mars dernier, un jeune de 15 est interpellé par la police française. En guise de torture, les policiers lui recouvrent la tête d'un sac en tissu. C'est Pascale Pascariello qui le raconte sur Mediapart.

 

Après l’avoir violemment plaqué  au sol, frappé au visage, l’un des policiers lui recouvre la tête d’un sac en tissu. «J’ai eu peur de ne plus pouvoir respirer. Je leur ai  dit “arrêtez, enlevez-le-moi !”. Mais ils ont laissé le sac sur ma tête.  J’étais sous le choc ».

Examiné le soir même aux urgences, pour des hématomes au visage et  des douleurs au thorax, Khaïs écope d'une incapacité totale de travail  (ITT) de 5 jours.  Mais le traumatisme le plus important reste le moins visible.

« J’ai peur qu’ils reviennent. Je n’aime pas trop en parler parce que  ça me rappelle le sac sur la tête et c’est très humiliant pour moi. J’ai  pensé que j’allais mourir ».

Le secrétaire général d’Alliance Frédéric Lagache assure que « mettre un sac sur la tête d’un mineur n’est pas problématique, c’est pour le protéger ».

A partir de combien de reportages, de vidéos et de témoignages, pourra-t-on dire que ça fait système ?

Posté par Pensebete à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2019

Christchurch... de France

La France rayonne à l'étranger. Le terroriste islamophobe de Christchurch fait référence à la théroie du grand remplacement popularisé en France par Renaud Camus, à Marine le Pen.

Il est urgent que la presse française prenne conscience de sa responsabilité dans ce massacre terroriste.

UnesIslam

Remettons ces médias en cause à chaque fois qu'ils le méritent (et ils le méritent souvent), eux qui diffusent et normalisent les idéologies d'extrême droite à longueur de unes, qui ouvrent encore et toujours leurs micros à Eric Zemmour ou qui invite Renaud Camus sur France Culture.

Posté par Pensebete à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 février 2019

Mala vida

C'est une chanson qu'on connait toutes et tous, qui nous rempli d'énergie et d'envie de dévorer le monde. Rebecca Manzoni l'a récemment traitée dans sa chronique sur France Inter et ça donne ça :

 

Et pour aller encore plus loin, avec Antoine Chao (journaliste sur France Inter et frère de), ils ont retrouvé et compiler les bandes originales. Et on peut à present écouter et jouer avec tout ça :

Posté par Pensebete à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 février 2019

Complotisme

On aurait tort de croire que le complotisme ne frapperait que le bas peuple, celui qui n'aurait pas de culture, qui ne saurait pas réfléchir. Le complotisme frappe allègrement les plus hautes sphères et les plus éminents oligarques. Lordon en a parlé ici et et j'avais envie de documenter ça de mon côté.

A peine décidai-je de créer une page de suivi du complotisme de nos élites qu'Emmanuel Macron si enfonça bien profondément :

Douze semaines après l'embrasement du mouvement des Gilets jaunes, le président de la République pointe la responsabilité des médias, leur « naïveté » face à ce qu'il considère comme une manipulation des extrêmes, avec le concours d'une puissance étrangère.
Selon lui, il est évident que les Gilets jaunes radicalisés ont été « conseillés » par l'étranger. « Les structures autoritaires nous regardent en se marrant, ajoute-t-il. Il ne faut pas se tromper. On est d'une naïveté extraordinaire. [...] Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n'a pas les mots d'un Gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan. Nous n'avons pas construit, comme beaucoup de nations autoritaires, les anticorps au système. Donc, nous, on est des pitres ! La communication officielle ou celle de tous les mouvements traditionnels, elle est très peu active, très peu relayée. Les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes. Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C'est Russia Today, Spoutnik, etc. Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n'est plus BFM qui est en tête, c'est Russia Today. »

Et cela au moment même où on apprenait que son protégé à l'Elysée, Alexandre Benalla, négociait des contrats avec des mafieux russes.

Les médias et les journalistes se défendent pas mal également, ce qui nous vaut quelques jolies perles :

  • Chez Alain Duhamel

A la rescousse de Carlos Ghosn :

  • Chez Challenges

Challenges Février 2019

  • Chez Brice Couturier

Cet éminent journaliste à France Culture voit le mal partout :

Posté par Pensebete à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 janvier 2019

Dans nos prisons (2)

J'avais écrit il y a bieeeeen longtemps sur nos prisons françaises Où en est-on aujourd'hui ? On se doute bien que rien n'a été amélioré, ça se saurait.

La situation des personnes incarcérées au 1er décembre 2018 était la suivante :

OIP_Décembre2018

L'OIP précise que parmi les plus de 71 000 personnes détenues dans les prisons françaises :

  • près de 30% sont en détention provisoire
  • 1 506 dorment par terre
  • 22 890 sont dans des prisons occupées à + de 150%

Quelques données complémentaires sur la surpopulation à piocher ici aussi (à partir des données brutes de l'administration pénitentiaire).

Posté par Pensebete à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 janvier 2019

Bonnes résolutions 2019

Etre violemment anticapitaliste

Reprendre systématiquement les remarques, blagues, insultes... sexistes, racistes, homophobes...

2019

Posté par Pensebete à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 décembre 2018

Malik Oussekine... 32 ans plus tard

6 décembre 1986, les voltigeurs de la police nationale française tuent Malik Oussekine. Il y a toujours ce petit oubli sur la plaque commémorative : 'frappé à mort"... par la police française.

MalikOussekine

Ca fait 32 ans maintenant et il semble que notre police nationale a eu envie de fêter ça. Elle s'en est donc donnée à coeur joie, à Mantes-la-Jolie en l'occurrence :

Petit rappel de l'article 63-5 du code de procédure pénale :

La garde à vue doit s'exécuter dans des conditions assurant le respect de la dignité de la personne.
Seules peuvent être imposées à la personne gardée à vue les mesures de sécurité strictement nécessaires.

On ne va pas faire comme si c'était la première fois que ça arrivait. Un exemple parmi tant d'autres :

Posté par Pensebete à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 novembre 2018

Fake news

Chez les médias

  • Bar de Sevran

https://twitter.com/GrosJournal/status/846392570372612096

  • Nombre de manifestants Gilets jaunes en province sur LCI

https://twitter.com/adamiak_marcus/status/1081537695204155394

  • Quand 77% = plus des 2/3 pour le Figaro

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/06/97001-20190106FILWWW00007-les-francais-favorables-au-retablissement-de-l-isf-sondage.php

https://twitter.com/attac_fr/status/1081858850297446400

  • Alain Duhamel dans Libé

Visiblement dans le Libé de Laurent Joffrin, personne ne relit les chroniques du journaliste Alain Duhamel : https://www.liberation.fr/debats/2019/01/09/le-triomphe-de-la-haine-en-politique_1701918

  • Jean-Jacques Bourdin et les tranches d'imposition

Jean-Jacques Bourdin ne connait rien au fonctionnement de l'impôt et diffuse donc de grosses conneries. : https://twitter.com/BFMTV/status/1099940631709958144


Chez les politiques

  • Le ministère de la culture et Orson Wells

https://twitter.com/Padre_Pio/status/1066229528580812800

  • Christophe Castaner à propos des violences policières

https://www.facebook.com/TVcarcassonne/videos/761087767598399/

  • Laurent Nunez à propos des violences policières

https://twitter.com/Qofficiel/status/1090335108459053058

  • Et le champion de la diffusion orchestrée de fake news est... l'Elysée !

Ariane Chemin et Samuel Laurent  viennent de (29 mars 2019) publier une enquête dans le Monde dévoilant la gestion de crise par l'Elysée suite à la diffusion des vidéos d'Alexandre Benalla tabasant deux personnes le 1er mai place de la Contrescarpe à Paris. Pour allumer un contre-feu, l'Elysée a recélé une vidéo obtenue illégalement, monté cette vidéo en y ajoutant des scènes de violences qui n'en faisaient pas partie, diffusé cette vidéo sur un compte Twitter du responsable du "pôle e-influence" d’En Marche puis communiqué aux journalistes de consulter ce compte Twitter.

  • Christophe Castaner et la Pitié-Salpétrière

Capture du 2019-05-08 15-13-00

Capture du 2019-05-08 15-12-02

  • Des députés de droite à propos de deux morts

Chez les éditocrates

Rapahël Glucksman et l'incendie au Parisien : https://twitter.com/NicolasFramont/status/1079458007380119552

Posté par Pensebete à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,