Jusqu'à il y a peu, je ne connaissais pas Jean Genêt. Son nom n'était plus ou moins familier, déjà entendu par ci par là mais impossible de dire qui il était et ce qu'il a fait. Et je crois même, qu'au fond, je le confondais avec Jean-Pierre Genêt. Et voilà qu'il m'est apparu à plusieurs reprises ces derniers temps (dont plusieurs fois grâce à Houria Bouteldja).

Ecrivain, poète, criminel, prisonnier, fervent anti-colonialiste, homosexuel... Un bon aperçu est disponible ici.

Avec la réflexion, je pense qu'une de mes premières fois avec Jean Genêt c'est grâce aux Têtes Raides :

 

Poème repris ici par Christian Olivier et écrit par Jean Genêt à la mémoire de son ami Maurice Pilorge, condamné puis mis à mort en février 1939.