24 mai 2013

Mon premier licenciement (2)

Vendredi, 11h45 : le Directeur Général vient dans mon service et demande à me voir. "Je viens de parler avec Guillaume et je lui ai dit que je voulais le voir quitter les lieux à 12h30. Il m'a dit qu'il devait te voir. Si c'est le cas, tu peux le voir maintenant". Je découvre la violence du licenciement. C'est donc certain, ils ne reviendront pas sur leur décision. Et en plus il recommande, fermement, de ne plus mettre les pieds à la boîte. Incompréhensible et inutilement violent. Il joue les gros bras, roule des mécaniques et... [Lire la suite]

22 avril 2013

Violence : deux poids deux mesures

Merci Renault. Merci ces années de pression, chantage au nuit. Où le droit de grève n'existe pas. Ne pas protester sinon gare. La peur, l'incertitude de l'avenir sont de bonne guerre, parait-il ? Tu expliqueras ça à mes filles, Carlos. Dans la nuit de dimanche à lundi, un salarié de Renault s'est suicidé sur son lieu de travail. C'est ce qu'il écrivait dans l'une des lettres qu'il a laissées. Aussi les inconséquents demeurent-ils scandalisés par les images de balai — eux préfèrent épousseter à la pince à épiler —, et... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,