30 octobre 2015

Francine Christophe

On est nombreux à avoir eu un parent déporté. Je découvre aujourd'hui Francine Christophe et son morceaux de chocolat.   Tu es mort il y a deux ans jour pour jour, et j'aime à penser que ma découverte de cette femme ne tient pas au hasard.
Posté par Pensebete à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 octobre 2013

Au temps des crinolines

Ma mère nous parlait fréquemment de sa famille, surtout avec le renfort de la présence de nos tantes, elle était l'aînée de sept enfants, six fille et enfin le dernier, un garçon. Notre grand-mère, étant de santé fragile - la tuberculose faisait des ravages - ma mère s'est trouvée rapidement investie des responsabilités d'un adulte. Notre mère nous a relaté, à plusieurs reprises, le parcours de son grand-père paternel, un Amory dont il me faudra bien retrouver les prénoms, ce cheminement lui fut conté par son père, donc mon... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2012

20 ans en 40 : madeleine

Un jour tous ces gens seront morts. Il ne restera plus que films et bouquins. Et jamais un bouquin ne te fera une tarte au citron. — Brave Patrie (@bravepatrie) Décembre 26, 2012 Des madeleines, à la rigueur, mais une tarte au citron jamais. — Brave Patrie (@bravepatrie) Décembre 26, 2012
Posté par Pensebete à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 juillet 2010

Conclusion

"Tu n 'en finis pas d'écrire tes Mémoires, me dit Miette avec ironie, ce n'est pas un roman noir ?"... Non pas de catastrophisme, entre les zones d'ombre et de lumière il y a de bons moments à partager avec les amis, autour d'une bonne table, s'extasier devant un site au cours d'un voyage. Quel bonheur par une journée pleine de soleil de faire du ski avec ses quatre petits enfants, je les sens, jeunes poulains fougueux avides de dévaler d'un trait jusqu'à la station, mais nulle impatience, ils sont gentils, attentionnés,... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 22:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 juin 2010

La répression

Le lendemain matin vers 9 heures, deux hommes en civil se présentent dans notre appartement et voyant les deux bobines du film sur le buffet s'en emparent et tournent les talons sans plus de façon. Avec deux amis du Comité nous nous rendons au commissariat de police pour protester et reprendre les bobines louées par le Mouvement de la Paix. Un inspecteur des renseignements généraux m'avertit que je vais recevoir une convocation pour "affaire me concernant". Nous ne reverrons jamais les deux bobines si dérangeantes pour l'ordre... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2010

Vienne

Fin 1952, je suis délégué des Hautes-Alpes au Congrès des Peuples pour la Paix à Vienne, en Autriche. Une grande animation règne à la gare de l'Est pour le départ de la délégation française, durant le trajet les conversations sont très animées, entre délégués et invités, écrivains, artistes, scientifiques : Frédéric Joliot-Curie, Fernand Léger, Jean-Paul Sartre, Yves Farge, Aragon, Elsa Triolet, le pasteur Niemoller (qui s'opposa constamment Hitler), Pablo Neruda, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Emile Zatopek et tant d'autres, de... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2010

La montagne salutaire

Je pars dans les Hautes-Alpes quelques jours, mes camarades Maurice et Lucienne, qui viennent d'avoir un bébé, ont pris la direction de l'A.J. de Saint Etienne en Dévoluy, ces retrouvailles avec les anciens des A.J. me font du bien, mais quand j'aborde ce que j'ai vécu récemment je sens que l'attention se détache, on ne me croit pas, ce n'est pas possible, alors je me renferme. Le poste de l'A.J. de Chamonix est vacant, ma candidature est acceptée, les A.J., l'Union Nationale des Centres de Montagne, l'Union Nautique sont en pleine... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2010

Evacuation vers l'Est

Notre évacuation se précise, les services de santé soviétiques s'installent dans l'hôpital. Les malades valides ainsi que du personnel de l'hôpital doivent partir vers une grande ville polonaise selon les appels et la contenance des camions. Un sentiment bizarre s'empare de chacun, la séparation nous serre le cœur, quitter ces lieux où nous avons souffert et que nous ne reverrons probablement jamais nous remplit d'un étrange et incompréhensible malaise. Entassement dans les camions, puis installation dans les wagons à ... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2010

La Libération enfin...

Samedi 27 janvier 1945 Beaucoup de neige est tombée dans la nuit, il fait très froid quand le soleil se lève, les tirs s'éloignent vers l'ouest, quelques soldats soviétiques se positionnent devant l'hôpital parés de draps blancs avec la croix rouge, nous leur manifestons chaleureusement notre joie d'être enfin sortis du cauchemar : "fransouski", "da da", "niet niet", aucun Allemand ici. Ces six gaillards armés chacun d'une mitraillette, deux bandes de balles en travers du torse, inspectent tous les... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2010

L'espoir

A partir des premiers jours de janvier je loge dans l'hôpital, des civils allemands commencent à évacuer en camions, en voitures, en carrioles, c'est la confusion totale cela me rappelle notre évacuation en juin 1940. Mercredi 17 janvier les Soviétiques seraient à Oppeln, les Italiens sont presque tous évacués en camions, cent cinquante Français partent vers Dresde et la Saxe. Certains partent à pieds, mais pour quelle destination ? Il fait très froid : -10°C, -15°C peut-être et il a beaucoup neigé. Faisant état de notre service... [Lire la suite]
Posté par Pensebete à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]