6 décembre 1986, les voltigeurs de la police nationale française tuent Malik Oussekine. Il y a toujours ce petit oubli sur la plaque commémorative : 'frappé à mort"... par la police française.

MalikOussekine

Ca fait 32 ans maintenant et il semble que notre police nationale ait eu envie de fêter ça. Elle s'en est donc donné à coeur joie, à Mantes-la-Jolie en l'occurrence :

Petit rappel de l'article 63-5 du code de procédure pénale :

La garde à vue doit s'exécuter dans des conditions assurant le respect de la dignité de la personne.
Seules peuvent être imposées à la personne gardée à vue les mesures de sécurité strictement nécessaires.

On ne va pas faire comme si c'était la première fois que ça arrivait. Un exemple parmi tant d'autres :