Et une nouvelle bonne idée pour dénoncer le simulacre de la COP21. Ca s'appelle du brandalim (mot valise anglais constitué de brand et de vandalism). Le but ? Dans ces temps bellicistes et sécuritaires où toute manifestation est interdite, où la police est devenue maître du monde, 80 artistes internationaux ont profité du week-end pour pourrir les panneaux publicitaires JC Decaux et souligner l'hypocrisie des sponsors pollueurs de la COP21.

L'occassion également de dénoncer :

"Suite aux évènements tragiques du 13 novembre à Paris, le gouvernement a choisi d'interdire les mobilisations de la société civile, mais les évènements des grandes entreprises sont maintenus. Les multinationales responsables du changement climatique peuvent continuer à faire du greenwashing autour de leur modèle économique destructeur, mais les communautés directement impactées par leurs activités sont réduites au silence. Il est maintenant plus important que jamais de dénoncer leurs mensonges et de mettre en lumière les enjeux de pouvoir derrière les négociations. Nous appelons à prendre la rue durant la COP 21 et à s'opposer à l'industrie des énergies fossiles. Nous ne pouvons pas laisser les négociations climatiques entre les seules mains des politiciens et des lobbyistes des grandes entreprises, qui sont les premiers responsables du désordre actuel."

 Quelques exemples, piochés ici :