L'Islande nous avait habitués à des mesures hors du catéchisme orthodoxe libéral : rejet des remboursements aux banques par référendum, mandat d'arrêt international contre un ancien patron de banque, mise en examen de l'ancien Premier ministre afin de répondre d'accusations de négligence dans la gestion de la crise financière, nationalisation des banques...

Voilà que le gouvernement veut annuler plus d'un milliairds de dettes des ménages. Comment ? En taxant les transactions financières et en faisant contribuer les créanciers étrangers des banques étrangères.

Toujours intéressant de regarder ailleurs, et pourquoi pas d'en prendre de la graine, surtout quand c'est couronné de succès.