Fakir a lancé un nouveau mode d'action, en prenant au mot Laurence Parisot. Celle-ci disait en effet :

"La vraie réponse au financement de l'économie est que chacun devienne actionnaire, que chaque Français investisse dans les entreprises françaises."

La voilà la réponse, une des réponses en tout cas : pour contribuer au changement d'une entreprise, plutôt qu'attendre que le gourvenement s'investisse, acheter des actions de cette entreprise, s'inviter en tant qu'actionnaire à l'Assemblée Générale et y interpeler le PDG. Prendre le pouvoir.

Ca s'appelle donc le CIAG (pour Comité d'Intervention en Assemblée Générale). A l'AG de Vinci le 16 avril, ça donnait ça :