Journée sans néoprène et Igaliko

Damien veut sortir avec Fafou pour taper dans son gâteau à la cannelle.

Lever magique : il fait grand beau, la vue est dégagée. Petit déj avec un premier caca moulé pour Fafou. Traversée des cascades pour atteindre le spot des petits lacs farcis de myrtilles et toilette pour les Fanu. On plie des tentes sèches, mais sans hâteY, parce qu'on est vachement emmerdés par le paysage. Départ direction la côte vers 11h en quête d'un spot de pêche. Posage entre une rivière et de glaçons sur une petite butte pour une purée bolets au lait (olé !) et au beurre véritable. Sieste. On longe la côte avec une Fafou en émoi total qui photographie de la buée. Poussage de gros caillou. Pieds secs et shorts ! Arrivée à Itilleq, patates, blé et camomille en champs. Grandes premières : canasson, vache, piste, ballottage et petits gros pois verts. Un banc et des Français. Arrivée en surplomb d'Igaliku avec des Espegnols olé ! et une plateforme d'héliport. Vue pas dégueu. Tentage sur les petites terrasses à tente et zou! cafétéria ! Tuborg chips et gâteau à la cannelle à côté de Hongrois en terrasse ! Disparition de Fafou aux toilettes et sur le net. Visite de l'église à deux orgues et à deux talentueux organistes (on joue un demi-quatre mains sans la clef de fa). Ebahie par leur talent, Betti en oublie sa pochette à trucs. Visite des ruines et du site de fouilles. Retour au café pour le repas du soir : goulache de baleine au riz (sauf pour Fafou). Il y a une salle d'attente, des Espagnols qui disent "wait", une petite Danoise qui parle un peu français, des monstres* et quatre bonnes bouteilles de rouge. Mission eau sans lentilles badante pour Damien.

*Sarqiserasak always paddles around in a half kayak. He has wife who is much more dangerous.

Yet en se coupant bien les ongles.