600 milliards, c'est le montant cumulé estimé de l'évasion fiscale française.

Antoine_Peillon

Toutes les banques (UBS, BNP Paribas, Société Générale, les Banques Populaires...) se prêtent au jeu et de manière massive et industrielle. Pour cela, elles ouvrent pour leurs clients des comptes bancaires non déclarés, par exemple via la création de sociétés écrans.

En 2008, la banque suisse UBS était déjà condamnée par le fisc américain. Celui-ci découvrait en effet qu'un système d'évasion fiscale avait été mis en place : 900 sociétés écrans avaient été crées en 2004 pour garantir l’anonymat des grosses fortunes et 52 000 comptes non déclarés avaient été ouverts par UBS.

D'après Antoline Peillon, journaliste à la Croix, tout le monde est au courant et le reconnaît : la DCRI, l'Autorite de Contrôle Prudentiel de la Banque de France, le Service National de Douane Judiciaire. Des enquêtes ont bien été menées mais sont toutes restées lettres mortes au Parquet, qui n'a jamais décidé d'ouvrir d'enquêtes judiciaires. Une plainte a par exemple été déposée fin 2009 par une salariée d’UBS, plainte transmise au parquet de Paris qui n’a  pas jugé bon d’ouvrir une instruction judiciaire. La salariée a été licenciée cette année.


MàJ du 18 mai 2012 : reportage de France Inter sur le sujet.


MàJ du 19 août 2012 : reportage Riches et célèbres : comment échapper au FISC ? de Spécial Investigation :