Un nouveau plan d'austérité est en cours en Grèce. Récapitulatif pour y voir plus clair.

Au programme : hausse de deux points de la TVA (elle passe de 19 % à 21 %), gel des pensions de retraite des fonctionnaires et des salariés du secteur privé, coupes de 60 % du quatorzième mois des salariés du secteur public et de 30 % du treizième mois, taxes sur les alcools (augmentation de 20 %), le tabac (augmentation de 63 %), les carburants (augmentation de 8 centimes par litre d'essence et de 3 centimes par litre de diesel) et les produits de luxe revues à la hausse.

A cet époque Georges Papaconstantinou, ministre des finances, ose la phrase suivante : "La Grèce a fait ce qu'elle a pu. Elle a épuisé la liste de mesures d'austérité".

Au programme : nouvelle hausse de deux points de la TVA (elle passe de 21 % à 23 %), âge minimum de départ à la retraite fixé à 60 ans, durée du travail pour avoir droit à une retraite pleine progressivement portée de 37 ans à 40 ans en 2015, salaire moyen de la totalité des années travaillées et non plus le dernier salaire pris en compte pour la base de calcul de la retraite, gel des salaires étendu jusqu'en 2014, suppression des treizième et quatorzième mois de salaire dans la fonction publique pour les fonctionnaires gagnant plus de 3 000 euros par mois, nouvelles taxes sur les carburants, l'alcool et le tabac (augmentées de 10 % supplémentaires), nouveau salaire minimum pour les jeunes et les chômeurs de longue durée.

Au programme : nouvelle hausse de TVA, seuil général d'imposition abaissé de 12 000 à 8 000 euros par an, taxe de solidarité de 1 à 5 % sur les revenus, taxe professionnelle de 450 euros par an en moyenne imposée aux auto-entrepreneurs, augmentation de la taxe sur le fuel de chauffage et sur celles sur les signes extérieurs de richesse, durcissement des critères pour les allocations sociales, réduction de certaines retraites complémentaires

Le Monde titrait à l'époque "Un second plan de rigueur", alors qu'il en avait déjà précédemment décrit deux premiers.

Au programme : réduction de 20 % des retraites supérieures à 1 200 euros par mois, réduction des retraites des fonctionnaires parties avant 55 ans, mise en réserve de trente mille fonctionnaires  (il leur sera versé 60 % de leur salaire et ils auront douze mois pour trouver un nouvel emploi dans le secteur public, sous peine de perdre leur emploi), baisse du seuil de non-imposition à 5 000 euros de revenu annuel (contre 8 000 euros auparavant et même 12 000 avant juin), nouvelle taxe sur l'immobilier.


Sur la crise grecque, depuis le début, plusieurs questions restent en suspens. Ils semblent que les Grecs aient triché pour minorer leur déficit. Le savait-on ? Et depuis quand ? L'Europe a-t-elle fermé les yeux sur ces mensonges ? Qui a aidé/conseillé la Grèce à maquiller ses comptes ? Goldman Sachs ? Et Mario Draghi avec elle ?

Des éléments de réponses ici.


MàJ du 20 février 2012

Le site de l'Expansion compte sept plans d'austérité depuis janvier 2012.

Ici, le memorandum fraîchement adopté.