Intéressant article du Monde du 7 juillet dernier sur le financement des partis politiques et particulièrement sur les différences de financement entre le PS et l'UMP. C'est la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques, la CNCCFP, qui est chargé de contrôler les recettes, qui doivent être déclarées.

Les principales recettes des partis politiques proviennent de quatre postes : les cotisations des adhérents, les contributions des élus, le financement public et les dons de personnes physiques.

Voilà ce que ça donnait en 2008 pour le PS et l'UMP (c'est page 6 du document de la CNCCFP paru au J.O. du 19 décembre 2009) :

  • Cotisations des adhérents : 5 437 415 euros pour l'UMP (10,4% des recettes) et 12 369 123 euros pour le PS (20,9% des recettes)
  • Contributions des élus : 1 721 280 euros pour l'UMP (3,3% des recettes) et 13 166 686 euros pour le PS (22,3% des recettes)
  • Financement public : 34 4844 73 euros pour l'UMP (66,2% des recettes) et 22 702 818 euros pour le PS (38,4% des recettes)
  • Dons de personnes physiques : 7 409 001 euros pour l'UMP (14,2% des recettes) et 1 697 237 euros pour le PS (2,9% des recettes)

En poussant plus loin, voilà ce que rapporte la CNCCFP à propos des comptes de campagne de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy pour l'élection prédisentielle de 2007 :

L'apport personnel des deux candidats est équivalent (c'est en presque louche) : environ 11 100 000 euros. Là où ça tranche radicalement c'est pour la contribution des partis politiques et les dons de personnes physiques. Si on fait le total de l'ensemble des recttes provenant des partis politiques (même si je n'ai pas bien compris la différence, subtile, entre les versements définitifs et les contributions), il ressort que Nicolas Sarkozy a touché 2 510 554 euros de partis politiques contre 9 696 593 euros pour Ségolène Royal. Il a cependant touché plus de 7 millions de dons de personnes physique contre 100 000 euros pour Ségolène Royal.

Qui a dit que les intérêts de classe ne faisaient pas une élection. Décidément on ne me fera pas croire que gauche et droite c'est pareil.

Pour les règles concernant le financement des partis politiques en France, le Monde présentait un rappel ici.