Avril 2002, je n'ai pas encore 18 ans, impossible de voter pour la présidentielle. J'assiste impuissant à la défaite de la gauche.

Encore ce week-end, j'entends toujours les mêmes genres de constatations de la part des socialistes.

"Nous ne sommes pas audibles."
"Le parti socialiste doit se trouver des idées."
"Une majorité devrait objectivement voter pour nous."
"Nous devons faire preuve d'intelligence et réfléchir à ce que nous voulons pour la société."

Ça fait maintenant plus de 6 ans, il est grand temps de se sortir les doigts du cul !